RISQUES EN CONTEXTE

COVID-19 : quelles sont les implications pour le commerce et les assurances?

Publié par Eleanor Smith Février 25, 2020

L’épidémie de COVID-19 et les efforts pour freiner sa propagation perturbent l’activité économique et ont des répercussions sur les marchés de l’assurance du crédit commercial et du cautionnement.

Plus de 80 villes chinoises ont été mises en isolement complet ou partiel, dont Beijing, Shanghai et Shenzhen, ce qui entrave l’activité commerciale. En 2018, ces villes avaient généré 48,6 % du PIB chinois.

Le congé du Nouvel An lunaire et sa prolongation ont perturbé encore plus l’activité économique, tout comme la fermeture prolongée de nombreuses usines. La diminution du tourisme et le ralentissement des projets de construction ont aussi affecté grandement l’économie.

Les prévisions de croissance pour 2020 ont été revues à la baisse. Même si les perturbations se limitaient au premier trimestre de 2020, l’épidémie pourrait réduire la croissance du PIB de 0,6 %.

On s’attend à ce que le gouvernement chinois augmente les mesures de stimulation fiscale et monétaire pour contrer l’incidence économique du COVID-19 au cours des prochaines semaines, après avoir déjà réduit les taux de prise en pension de titres de 10 points de base et injecté 173 milliards $ US dans l’économie le 3 février 2020.

Les risques pour l’économie mondiale grandissent au fur et à mesure que le nombre de cas à l’extérieur de la Chine augmente, avec des foyers d’épidémie en Corée du Sud, en Italie et en Iran qui rendent une pandémie de plus en plus probable. Les fermetures d’usines et la baisse de demande des consommateurs découragent les importations de marchandises, perturbent les chaînes d’approvisionnement régionales et pèsent sur le secteur du voyage. En février, par exemple, Hyundai a cessé sa production automobile à l’extérieur de la Chine en raison d’une pénurie de pièces en provenance de Chine. De même, Jaguar Land Rover a signalé des problèmes d’approvisionnement, tandis qu’Apple et beaucoup d’autres sociétés de commerce de détail et de fabrication indiquent qu’elles pourraient ne pas atteindre leurs cibles de revenus trimestriels, après des fermetures de magasins en Chine, des arrêts temporaires de production et des retards de livraison.

Perturbation du commerce et des chaînes d’approvisionnement

L’isolement de certaines villes a été étendu à plusieurs ports en Chine, et le manque de main-d’œuvre a ralenti le mouvement des marchandises. Des rapports suggèrent l’existence de goulots d’étranglement aux ports de Tianjin, de Shanghai et de Ningbo, avec des retards de livraisons et des navires détournés lorsque les ports sont surchargés.

Étant donné la perturbation du commerce et des chaînes d’approvisionnement, le gouvernement émet des certificats de force majeure pour protéger les entreprises chinoises contre les responsabilités découlant de leur incapacité à exécuter pleinement leurs obligations contractuelles en raison du COVID-19. Au 14 février 2020, le Conseil chinois pour la promotion du commerce international avait délivré 1 615 certificats de force majeure à des entreprises chinoises, dans 30 secteurs, pour une valeur contractuelle totale de 15,7 milliards $ US. Plusieurs commerçants de cuivre ont déjà déclaré une situation de force majeure et annulé ou retardé des livraisons de cuivre en provenance d’exploitations minières.

Compte tenu des perturbations qui se poursuivent, il est probable que des entreprises chinoises de nombreux secteurs connaîtront des difficultés financières, ce qui augmentera les risques liés au crédit. Si la récupération se fait plus lentement que prévu, l’incidence sur les revenus et les bilans augmentera probablement au cours des prochains trimestres.

Incidence sur les marchés du cautionnement, des risques politiques et du crédit structuré

Sur le marché du cautionnement, les souscripteurs réduiront probablement leur soutien aux entreprises incapables de maintenir leurs activités durant cette période de perte d’exploitation, surtout si le retour à une activité économique normale est retardé. Les entreprises à risque en raison des problèmes des chaînes d’approvisionnement chinoises peuvent aussi s’attendre à faire l’objet d’un examen plus rigoureux par les marchés du cautionnement. 

Les répercussions ont été moins immédiates sur le marché des risques politiques et du crédit structuré, mais on a observé quelques perturbations, surtout en Asie. On signale que des ententes entre des banques et de potentiels emprunteurs ont été reportées. Par conséquent, on verra probablement du retard dans les sorties de fonds des banques aux deux premiers trimestres de 2020, mais une reprise de l’activité aux deux derniers trimestres de l’année, quand les ententes repoussées seront finalement passées sur le marché des risques politiques et du crédit structuré.

Incidence sur l’assurance du crédit commercial

Les répercussions mondiales de l’épidémie de COVID-19 se sont immédiatement fait sentir sur le marché de l’assurance du crédit commercial. En particulier, la combinaison de la perte d’exploitation et de l’émission de contrats de force majeure pousse les assureurs à réduire leurs limites. Un petit nombre d’assureurs a pris des mesures dramatiques. Notamment, au moins un assureur a résilié des polices de crédit acheteur dans la province du Hubei avec peu de préavis aux clients. Un autre s’est complètement retiré du marché des risques sur le chiffre d’affaires global multi-acheteurs en Asie, et a décidé de se concentrer sur une approche de l’assurance du risque unique. Toutefois, la plupart des assureurs conservent une approche plus pragmatique et surveillent la situation.

Les entreprises ayant des intérêts en Chine devraient :

  • Surveiller activement la situation en Chine. 
  • Adopter une approche prudente en matière d’exportation vers la Chine, en réexaminant les contrats en vigueur. 
  • Se préparer à recevoir des demandes d’assureurs exigeant des renseignements précis sur les risques liés à des fonds en attente pour marchandises ou services vendus à la Chine, ainsi que des instructions de s’abstenir d’expédier vers la Chine, étant donné que beaucoup de ports sont surchargés.

En prenant ces précautions ainsi que des mesures d’atténuation du risque lié à continuité des activités, vous aiderez votre organisation à être mieux préparée et plus résiliente face aux répercussions économiques du COVID-19, surtout si le virus continue de se propager à d’autres pays.

Eleanor Smith

Vice-présidente, services spécialisés liés aux crédits, Services spécialisés de Marsh JLT