We're sorry but your browser is not supported by Marsh.com

For the best experience, please upgrade to a supported browser:

X

RECHERCHES ET BULLETINS

COVID-19 : Protection des lieux de travail et des employés pendant la réouverture

 


Le processus de déconfinement étant entamé, il est temps pour les entreprises de prendre des mesures afin de rendre leurs lieux physiques sécuritaires pour les employés qui y retournent. Selon les participants du huitième épisode de la série de webémissions de Marsh sur la COVID-19, les entreprises devraient également se préparer à relever des défis potentiels alors que nous adoptons une nouvelle normalité.

Les organisations devraient se concentrer sur la sécurité des employés. Dr Dave Zieg, directeur des services cliniques chez Mercer, estime que les employés doivent pratiquer la distanciation physique autant que possible, car il est prouvé qu’elle est efficace. Pour ce faire, il peut être nécessaire d’adopter des stratégies créatives impliquant une restructuration des quarts de travail, une alternance des horaires de travail et un changement dans la disposition et l’aménagement du lieu de travail.

Les employeurs devront intensifier leurs procédures de nettoyage et d’hygiène, ce qui peut aider les employés à se sentir en sécurité, affirme Larry Pearlman, vice-président principal du groupe d’expertise en stratégies de main-d’œuvre de Marsh Évaluation des risques. Comme certains employés ne sont pas à l’aise de retourner sur leur lieu de travail, les procédures doivent être transparentes, visibles et vérifiées régulièrement.

Greg Rodway, vice-président principal du groupe d’expertise en stratégies de main-d’œuvre, a souligné que des signaux visuels peuvent aider à convaincre les employés que les lieux sont sécuritaires. Il peut s’agir de tableaux de bord indiquant les horaires et l’état quotidien du nettoyage ainsi que de bracelets colorés portés par les employés dépistés.

Les employeurs peuvent se tourner vers le dépistage préliminaire des employés afin de détecter les personnes présentant des symptômes de COVID-19 et les empêcher d’entrer sur le lieu de travail. Cette étape est mise en évidence dans le nouveau guide de Marsh sur la réouverture sécuritaire des lieux de travail, disponible depuis le 26 mai. Les mesures peuvent comprendre la prise de température des employés. Comme l’a fait remarquer Dr Zieg, cette mesure est techniquement facile, mais a ses limites étant donné que les personnes présymptomatiques ou asymptomatiques peuvent être contagieuses sans avoir de fièvre.

Il est important de noter que la prise de la température pourrait exposer les employeurs à un certain nombre de réclamations, a expliqué Kelly Thoerig, responsable des garanties en matière de responsabilité civile liée aux pratiques d’emploi et des garanties en matière de salaires et de temps de travail aux États-Unis de Marsh. Ces réclamations comprennent des questions concernant la confidentialité des renseignements personnels des employés, les réclamations concernant la discrimination si les employeurs ne sont pas cohérents par rapport aux employés soumis aux tests, et les préoccupations relatives au salaire et au temps de travail en raison du temps que les employés doivent passer à attendre qu’on prenne leur température ou qu’on leur fasse passer une évaluation secondaire.

La vérification de la température n’est qu’un des nombreux changements que les employés sont susceptibles de constater lorsqu’ils retourneront sur leur lieu de travail physique, ce qui rend la communication primordiale, affirme David Slavney, membre du partenariat, consultation, gestion du changement et communication chez Mercer. Il a souligné l’importance de mettre en place des processus clairs permettant aux employeurs d’être souples dans la diffusion de l’information lors d’une situation en évolution rapide, tant pour les employés qui retournent sur leur lieu de travail que pour ceux qui continuent de travailler à distance. L’information doit être facilement accessible à un seul endroit. De plus, les gestionnaires doivent avoir à leur disposition une trousse d’outils expliquant les nouvelles politiques et la façon de traiter les problèmes de main-d’œuvre liés à la COVID-19.

Outre les mesures préventives, les employeurs devront se préparer à la possibilité que les employés tombent malades. Dr Zieg a indiqué que les employés malades devraient être séparés des autres immédiatement et renvoyés chez eux. Dans le cas où un employé malade devrait être mis en isolement et transporté, les entreprises doivent avoir instauré des procédures bien définies et bien communiquées. Des procédures supplémentaires doivent être mises en place pour nettoyer les zones qu’a utilisées un employé malade, ainsi que pour identifier les personnes avec qui il a pu avoir des contacts étroits et les alerter, tout en maintenant la confidentialité.

En réponse aux questions du public, Dennis Tierney, directeur des réclamations au centre d’excellence d’indemnisation des accidents du travail de Marsh, a fait remarquer que les employeurs doivent s’assurer que des ressources sont en place auprès de leur tiers administrateur ou de leur assureur afin de mener une enquête approfondie sur toute demande d’indemnisation des accidents du travail liée à la COVID-19. Il a souligné l’importance d’adopter une approche basée sur l’assistance judiciaire en cas de réclamation et de faire preuve de compassion.